Publié le
18.10.21
par Kévin Savonni

Faisabilité, règles d’urbanisme, élaboration de plans, gestion des échanges avec l’administration et les prestataires extérieurs… le recours à un architecte est souvent indispensable pour la réalisation de travaux nécessitant les compétences d’un professionnel qualifié…

Mais, combien ça coûte ?

Chez Revenus-Locatifs.com, les services de l’architecte sont compris dans le montant de l’enveloppe globale de l’acquisition des biens immobiliers que nous sourçons et rénovons pour le compte de nos clients investisseurs.

Le budget final est sans surprise.

C’est donc à titre comparatif et indicatif que nous allons traiter ce sujet.



I. QUELS SONT LES DIFFÉRENTS TYPES DE RÉMUNÉRATION D’UN ARCHITECTE ?


Même si la profession est réglementée, chaque architecte est en droit de choisir son mode de rémunération et de calculer ses honoraires comme il l’entend.


À l’heure

Si certains appliquent un taux horaire, qu’on peut évaluer de 80 à 170 € HT, pour la facturation de leurs missions, ce type de rémunération, qui concerne les missions de courte durée (conseil, expertise…) n’est pas le plus répandu. 


Au pourcentage

L’option généralement choisie pour la rémunération est celle d’un pourcentage du montant total des travaux. 

Il s’agit de missions précises en relation avec un projet à venir, ou de missions complètes.


Au forfait

Certains architectes se font rémunérer au forfait pour des projets extrêmement précis, définis à l’avance, et portant sur de petites surfaces (< 170 m2).
Il arrive que ces différents types de rémunération soient combinés.



II. QUELS SONT LES TARIFS D’UN ARCHITECTE ET COMMENT SONT-ILS CALCULÉS ?


Pour définir ses tarifs, l’architecte prend plusieurs critères en compte.


La complexité du projet de construction ou de rénovation

L’utilisation de matériaux et équipements spécifiques, certaines contraintes techniques et réglementaires peuvent justifier des coûts élevés.


L’importance des travaux prévus dans le projet architectural et leur coût total

Extension de maison, construction, projet de rénovation… les honoraires de l’architecte sont, le plus souvent, calculés sous la forme d’un pourcentage dégressif du montant global des travaux. 
Plus le montant des travaux est élevé, plus le pourcentage baisse, mais plus la facture grimpe.


Le type de mission

Ponctuelle, partielle, complète… Selon l’importance de l’engagement et du travail demandé, la facture sera plus ou moins élevée.


Les charges professionnelles de son cabinet 

Plus les charges sont importantes, plus les prix de l’architecte augmentent.


Sa notoriété et sa réputation 

Toute valeur ajoutée a un coût et celle de l’architecte également.


Pourcentage du montant global des travaux, selon le type de mission

Type de mission de l’architecte Prix moyen
Mission partielle 5 à 10% du montant total HT
Mission complète 10 à 15% du montant total HT


Mission partielle

Écoute du client, étude de faisabilité, avant-projet, démarches administratives, élaboration des documents techniques du projet.


Mission complète

Écoute du client, étude de faisabilité, avant-projet, démarches administratives, élaboration des documents techniques du projet, élaboration du Dossier de Consultation des Entreprises (DCE), choix des entreprises, coordination et suivi des travaux.


Une mission ponctuelle couvre la simple délivrance de conseils ou une intervention sur un sujet bien précis. Il s’agit habituellement de vacations horaires de courte durée.


Exemples d’application du pourcentage dégressif pour une mission complète

Montant total des travaux HT Honoraires moyens
30 000 € à 100 000 € 13 à 15%
100 000 € à 150 000 € 12%
150 000 € à 250 000 € 10 à 11%
250 000 € + 8 à 9%


Exemples de rémunération forfaitaire

Mission Tarif moyen
Demande de permis de construire De 1200 € à 2000 € - Environ 50 € HT/m2
Étude et réalisation de plans À partir de 1000 € - Environ 65 € HT/m2
Appel d’offres À partir de 3000 €
Abattage d’un mur porteur De 1000 à 5000 €


La TVA

Les tarifs sont indiqués hors taxes et il convient donc de rajouter le taux de TVA :

- 20% pour une mission d’étude, une construction ou une extension de maison.

- 10% pour des travaux de rénovation.

- 5,5% pour certains travaux de rénovation énergétique.


III. POURQUOI LES PRIX SONT-ILS SOUVENT REVUS À LA HAUSSE ?


Les variations de prix sont légitimes. 
L’importance et le montant des travaux n’étant pas totalement définissables lors du lancement du projet et des travaux imprévus pouvant apparaître en cours d’opération, les architectes prévoient une marge de tolérance.
La loi limite à 10% la différence de prix entre le budget estimatif à la signature du contrat et le coût réel total.



Cas justifiant une hausse des tarifs


- Changements par rapport au projet initial
Modification des plans et utilisation de nouveaux matériaux.


- Élargissement du périmètre de la mission
Tâches qui n’étaient pas prévues dans le contrat de départ.


- Augmentation du budget  
Travaux supplémentaires, complications inattendues…


IV. LES ARCHITECTES SONT-ILS CHERS ?


Au vu des devis et de la facture finale, nombreux sont ceux qui pensent que les architectes sont très bien payés. 
Laissez-nous prendre leur défense
: s’il est vrai que le taux horaire et les forfaits, peuvent faire imaginer des comptes en banque qui débordent, les frais professionnels, la TVA et autres charges grèvent sérieusement les montants perçus.
Mais surtout, il faut prendre en compte qu’un architecte ne facture pas 100% de son temps. On estime que 50% est employé pour prospecter ou se documenter….
Non, leur rémunération n’est pas excessive, quand on connaît l’étendue de leurs domaines d’intervention.


Dans un premier temps

Visite du site ou du bien sur lequel porte le projet.
Analyse du contexte (réglementation, diagnostics, etc.).
Étude des besoins et des attentes. 
Étude de faisabilité.
Esquisses (plans qui donnent les grandes lignes du projet).


Temps deux : l’avant-projet

Avant-projet sommaire (APS).
Conception architecturale générale : plans, coupes, surfaces… 


Temps trois : l’avant-projet définitif

Précisions sur le choix des matériaux, des équipements.
Estimation globale des coûts des travaux.


Temps quatre : les démarches administratives

Déclaration préalable ou demande de permis de construire.
Suivi de l’instruction des dossiers.
Gestion des échanges avec les services administratifs.
Démarches accélérant la procédure d’obtention de demande.
Gestion des échanges : géomètre, assainissement, copropriété…


Temps cinq : la consultation des entreprises

Élaboration du DCE (Dossier de Consultation des Entreprises) :
devis descriptif détaillé, calendrier de réalisation, pièces graphiques.
Choix des artisans dans les différents corps de métiers.


Dernière étape : le chantier

Faire souscrire le maître d’ouvrage à une assurance dommages-ouvrage / Garantie décennale.
Coordination des différentes entreprises.
Organisation, direction, inspection des réalisations et vérification de leur conformité.
Gestion du respect du calendrier.
Réception des ouvrages.
Émettre les éventuelles réserves.


Conception du projet, réalisation des plans, coordination des travaux, suivi de chantier… notre architecte HMONP (Habilitation à la maîtrise d’œuvre en son nom propre), conseiller en architecture intérieure, est présent jusqu’à la réception des travaux et la garantie de parfait achèvement.
Ni à l’heure, ni au %, ni au forfait, les missions de ce chef d’orchestre du projet sont toutes comprises dans l’enveloppe globale de la transaction effectuée par Revenus-Locatifs.com
Ça donne à réfléchir…

Pour mieux connaître ce métier, consultez notre sujet « L’architecte dans la rénovation de l’immobilier locatif »


En conclusion, cette définition de l’Institut royal d’architecture du Canada


« Peut-être conviendrait-il mieux de décrire les architectes comme des chefs d'orchestre qui prennent la tête des efforts visant à concilier tous les objectifs d'un bâtiment ou d'un ouvrage construit et qui savent trouver des solutions en recourant à :
• leur imagination
artistique et à leur vision créative, pour concevoir des espaces dans lesquels leurs idées et leurs techniques-représentées par la forme, la lumière, les textures, les matériaux et les couleurs-se conjuguent de manière à répondre à nos besoins esthétiques, spirituels et culturels ;
• leurs connaissances pratiques et techniques
, pour créer des espaces sécuritaires, efficients et durables qui satisfont nos besoins économiques ;
• leur habileté en communications interpersonnelles
, leur compréhension de la psychologie et leurs agissements conformes à l'éthique, pour créer des espaces qui répondent aux besoins complexes et parfois même divergents des clients, des usagers et de la collectivité. »

Démarrons notre collaboration